L'art thérapeutique

 

Danser pour la paix et la réconciliation...

 

Les soirées Nelson Mandela ont débuté le 21 mars 2014 et ont été développées par l’organisme le COFFRET. Ces soirées ont été inspirées par le message de Nelson Mandela, soit : Danser et non pleurer, puisque c’est à travers la danse que nous réussirons à être en paix.

En ce sens, le COFFRET a voulu développer une soirée autour du concept de la danse afin d’honorer les paroles de Nelson Mandela. L’objectif premier a été de mobiliser les communautés ethniques présentent sur le territoire des Laurentides et de les inviter à danser ensemble. Ainsi, depuis 2014, les Premières Nations, les Québécois, les Asiatiques, les Africains, les Sud-Américains et les gens du Moyen-Orient viennent présenter une performance de danse et partager leur culture. Tous dansent au rythme de l’autre et s’enchaîne une fusion culturelle qui atteint son paroxysme avec les Tam-tams du Monde.

 

Voyez la présentation des Soirées Nelson Mandela

Bienfaits sociaux

 

La danse a de nombreux bienfaits. Au niveau social, c’est une activité qui peut se pratiquer en groupe. Cela nous donne l’occasion de se rassembler et de rencontrer de nouvelles personnes. Par exemple, la Soirée Mandela donne à la fois une raison et un lieu pour se rassembler. De ce fait même, la danse brise l’isolement et nous permet de nous bâtir un réseau social. De plus, la danse peut être un moyen de communication et d’interaction avec les autres. Nous pouvons également développer un sentiment d’appartenance à un groupe, car nous sommes réunis pour une raison particulière et partageons un intérêt commun. Ainsi, contrairement à l’écoute de la musique qui peut isoler, la danse est au contraire rassembleuse. (Murcia & all., 2010)

 

D’autres bienfaits sociaux peuvent s’appliquer selon notre âge. Cette activité permet aux jeunes enfants de rencontrer d’autres personnes, ce qui amène une occasion de développer des habiletés sociales. La même chose s’applique aux adolescents qui eux sont amenés à en développer des nouvelles. (Burkhardt ; Rhodes, 2012)

 

D’autres bienfaits sociaux peuvent s’appliquer selon notre âge. Cette activité permet aux jeunes enfants de rencontrer d’autres personnes, ce qui amène une occasion de développer des habiletés sociales. La même chose s’applique aux adolescents qui eux sont amenés à en développer des nouvelles. (Burkhardt ; Rhodes, 2012)

Bienfaits psychologiques

 

La danse a aussi beaucoup de bienfaits au niveau psychologique. Certains d’entre nous ont du mal à s’exprimer avec des mots, la danse peut être un moyen de communication alternatif à ceux-ci, car elle nous permet de nous exprimer avec les mouvements de notre corps plutôt qu’avec des mots. (Murcia & all., 2010)

 

La danse est une activité qui peut nous faire ressentir des émotions positives et qui nous permet d’avoir une vision plus positive de nous-mêmes. Notre estime de soi peut s’accroître, ce qui fait en sorte que nous sommes plus optimistes, que notre humeur s’améliore et nos pensées autodestructrices se font moins présentes. (Murcia & all., 2010)

 

En la pratiquant, nous nous trouvons dans le moment présent ce qui fait en sorte qu’on ne pense pas à nos problèmes. Le bonheur, l’inspiration et l’euphorie sont notamment des émotions que nous pouvons ressentir en pratiquant cette activité. Ces bienfaits font en sortant que nous voulons refaire cette activité et que nous avons hâte de la faire. (Murcia & all., 2010)

 

La danse est également une activité physique qui nous permet d’évacuer notre stress, de réduire les tensions et cela peut nous aider à relaxer. (Murcia & all., 2010)

 

La danse a des bienfaits psychologiques spécifiques à chaque étape de la vie. Par exemple, la danse permet aux enfants de moins de 5 ans d’améliorer leur développement cognitif. Alors qu’elle permet aux personnes plus âgées de maintenir l’habileté de faire les tâches de la vie quotidienne avec facilité. (Burkhardt ; Rhodes, 2012)

 

Des études ont également démontré l’efficacité de la danse pour traiter certains traumatismes tels que le trouble de stress post-traumatique. Par contre, de la danse thérapie encadrée par des professionnels est beaucoup plus structurée. (American Dance Therapy Association, 2007)

Bienfaits physiques

 

Les bienfaits physiques de la danse sont pour la plupart les mêmes que l’activité physique, c’est-à-dire le cardio, les muscles, l’équilibre et la flexibilité.

 

Au niveau des enfants de moins de 5 ans, la danse peut les aider à développer leurs habiletés motrices et aide à maintenir un poids santé. De plus, la danse permet d’améliorer le développement des os et des muscles des enfants. Pour les enfants et les adolescents, la danse continue de contribuer au maintien d’un poids santé, améliore la santé cardiovasculaire et celle des os. Les adolescents pratiquant la danse ont une meilleure capacité aérobique et des muscles plus forts. (Burkhardt ; Rhodes, 2012)

 

Du côté des adultes, la danse réduit le risque d’avoir de problèmes de santé tels que les problèmes cardiaques et le diabète. Encore une fois, la danse aide à maintenir un poids santé. Après l’âge de 65 ans, la danse continue d’avoir les mêmes bienfaits et réduit également le risque de chutes. (Burkhardt ; Rhodes, 2012)

La danse comme outil de communication

 

«Le groupe est, pour celui qui danse, comme une mère qui berce son enfant : il le stimule tout en l’enveloppant, donc le rassure. Il le soutient tout en l’invitant à s’individualiser.» – France Schott-Billmann

 

Véritable lieu de rassemblement, les soirées Nelson Mandela sont devenues, au fil du temps, l’une des activités particulièrement appréciées par les résidents de St-Jérôme, mais également de régions éloignées. Si le concept de ces soirées multiculturelles est si apprécié, c’est entre autre, parce qu’il est guidé par des valeurs d’ouverture aux autres, de respect et d’égalité. En effet, le respect de l’autre est sans contredit, l’aspect le plus important de ces soirées dansantes. Si les gens adoptent une attitude respectueuse lors de ces soirées, c’est en majeure partie grâce à l’exaltante effervescence crée par la danse elle-même.

 

Selon France Schott-Billmann, célèbre la danse thérapeutique, la danse aide chaque personne à se découvrir à travers l’appréciation du moment présent ou, plus communément appelé, l’« ici-maintenant ». En d’autres termes, Madame Schott-Billmann explique que la danse-thérapie est en fait un langage corporel par lequel l’expression de soi devient plus facile et accessible lorsque les mots ne suffisent pas à la communication de ses sentiments. Cette description de l’utilité de la danse correspond à l’un des objectifs spécifiques des Soirées Mandela : créer un lieu d’échanges où les différences culturelles et la langue commune importent peu, puisque c’est par la danse qu’il devient possible d’établir un dialogue.

 

Suivant ce constat de Madame Schott-Billamann, il est possible d’illustrer comment les Soirées Mandela jouent un rôle favorisant l’intégration sociale des immigrants : la danse permet à chacun d’entrer en relation avec lui-même et avec les autres par le biais de l’expression corporelle. En effet, c’est par la danse que chacun des participants est amené à s’exprimer : des pas de danse chorégraphiés, des costumes thématiques, de l’animation de la foule selon différentes traditions culturelles, de la danse improvisée, des chants traditionnels, etc. Peu importe la forme qu’elle prend, l’expression de soi mène l’individu à entrer en contact avec sa culture, mais également avec son identité propre.

 

De plus, la connaissance de soi par la danse amène les participants des soirées à apprivoiser leur corps et de ce fait, à écouter, à ressentir ainsi qu’à renouer avec leurs racines (Schoott-Billman, 2013). Non seulement les soirées dansantes favorisent la découverte de soi et de ses ressentis, mais elles créent un lieu d’échanges entre les membres de différentes communautés culturelles. Les différences culturelles et religieuses sont alors dissoutes et laissent place à un climat d’égalité et de respect de l’autre. En d’autres mots, c’est par l’intermédiaire des Soirées Nelson Mandela, que chaque individu est mis à l’honneur et ce, sans égard à sa culture, sa religion, son statut social ou toutes autres caractéristiques pouvant le soumettre à vivre la discrimination.

 

Enfin, si avec le temps les Soirées Nelson Mandela jouent un rôle de plus en plus important c’est qu’elles permettent aux nouveaux arrivants le développement d’un fort lien d’appartenance à leur terre d’accueil, mais également à la communauté multiculturelle de St-Jérôme. Bref, ce sentiment d’appartenance contribue au processus d’intégration sociale des nouveaux arrivants et de ce fait, soutient leur enracinement au sein de la société.

Le COFFRET - Droits d'auteur 2018/2019 - Tous droits réservés